Rechercher :
Jimi Hendrix - Live Woodstock

Star Spangled Banner par Jimi Hendrix

« Trois jours de paix et de musique. Des centaines d’hectares à parcourir. Promène-toi pendant trois jours sans voir un gratte-ciel ou un feu rouge. Fais voler un cerf-volant. Fais-toi bronzer. Cuisine toi-même tes repas et respire de l’air pur. »

Ça ne vous arrive jamais de vous dire “ah, j’aurais dû naître à une autre période, j’aurais tellement voulu voir ça de mes propres yeux !” Personnellement, j’ai ce regret en pensant aux monstres que devaient être les Beatles en concert, et aussi au festival de Woodstock.

Du 15 au 18 août 1969, ce point culminant historique de la culture hippie a rassemblé 32 groupes et pas moins de 450 000 personnes. Grâce à ce festival, la musique passe au premier plan et a enfin une occasion d’entrer dans la grande Histoire.

Outre Joe Cocker reprenant pour l’occasion With a little help from my friends des Beatles (reprise dont on vous a parlé ici), le festival est aussi l’occasion d’entendre des légendes comme Janis Joplin, The Who, Ravi Shankar… Et Jimi Hendrix.

[prive]Il va à cette occasion reprendre l’hymne américain, Star Spangled Banner, mais sa version si particulière toute en distorsions réussira l’exploit de devenir le symbole de la contre-culture et de la dénonciation des actions du gouvernement américain de l’époque.

Cette totale transformation a donné ça :

Live Jimi HendrixWoodstockStar Spangled Banner

Alors qu’à l’origine, l’hymne américain ça donne plutôt ça (les sous-titres, c’est cadeau !):

Hymne Nationale AméricainStar Spangled Banner

Jimi Hendrix mourut une année après cette incroyable performance, à seulement 27 ans, laissant le monde de la musique orphelin de son immense talent… Mais avec cet hymne de la musique contestataire en héritage.

Anecdote(s) de Papi Zic :

  • Cette version de Jimi Hendrix n’est pas sans évoquer le bruit d’avions de chasse larguant leurs bombes, ce qui est loin d’être anodin en 1969, puisque les Etats-Unis sont alors en pleine guerre du Vietnam…
  • Jimi Hendrix n’est pas le seul à avoir voulu revisiter l’hymne de sa patrie puisque Whitney Houston (en 1991 pour le Super Bowl), et plus récemment Beyoncé pour la réélection de Barack Obama, s’y sont également collées :


    Même si l’hymne se retrouve sublimé par leurs magnifiques performances vocales, leurs versions restent conventionnelles et beaucoup moins subversives que ne l’était celle de Jimi Hendrix à l’époque…
  • Trois décès et deux naissances eurent lieu pendant le festival de Woodstock, qui causa par ailleurs le plus important embouteillage de toute l’histoire des États-Unis !

[/prive]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

blank
Cris

Ouf ils ont oubliė de me mettre dans ta vidėo 😉

Répondre
blank
Jess

Pas mal la vidéo, merci pour le lien !
Mention spéciale à la numéro 3 quand même, ça pique bien les oreilles. Et heureusement que Carl Lewis était un athlète doué, parce que là, la reconversion dans la chanson, je la sentais moyen…
Allez Cris, à ta webcam, je sais que tu peux entrer dans le classement facile !

Répondre
blank
Cris

La méchanceté de cette femme !

Répondre
blank
Stephen

Le problème de Cris c’est qu’on dirait qu’il force son accent français 🙂

Répondre