Téléphone
Off

Et Téléphone devient Les Insus : les coulisses d’une séparation (partie 3)

En 1986, le groupe Téléphone se sépare, miné par les histoires d’amour, de fric et d’égo. Les décennies suivantes ne vont rien arranger à l’affaire et vont même accroître les tensions entre Corine Marienneau et Jean-Louis Aubert. Deux épisodes vont sceller leur inimitié : la reformation avortée de 1999 et l’autobiographie de Corine.

« On m’avait dit que je me briserais les reins. Bertignac a un rapport particulier avec l’argent, il est très exigeant, comme Aubert d’ailleurs » – Propos de Bertrand de Labbey, agent artistique et patron de la société Artmedia – Le Monde – Octobre 2012

En 1999, Bertrand de Labbey (agent artistique et patron de la société Artmedia) a le projet fou de reformer Téléphone le temps d’une tournée. Il réunit une première fois les trois garçons du groupe qui acceptent de rejouer ensemble. Super ! Reste plus qu’à intégrer Corine au projet, et c’est là que les choses vont se corser.

« Jean-Louis Aubert craignait la pierre d’achoppement avec Corine Marienneau, Louis Bertignac avait dit qu’il en ferait son affaire. Avec Richard Kolinka, les quatre membres s’étaient alors retrouvés pour en discuter lors d’une réunion. Celle-ci a mal tourné… À peine cinq minutes après que Bertignac s’est échappé pour répondre à un coup de fil, la foire d’empoigne avait commencé entre Aubert et Corine. Les noms d’oiseau ont volé jusqu’à 6 heures du matin. » – Propos de Daniel Ichbiah, biographe du groupe

Dans un studio de Boulogne-Billancourt, les quatre membres historiques de Téléphone se retrouvent. Corine, à la rancoeur tenace, n’a pas l’intention de laisser Jean-Louis jouer le patron comme par le passé. Elle va balayer presque toutes ses propositions : quand lui propose de poser en smoking sur l’affiche, elle réclame une robe longue, etc.. Des petits couacs qui vont très vite laisser place aux rancoeurs du passé, et les reproches vont alors fuser : “Tu n’es pas, tu ne seras jamais mon patron”, “T’es qui toi pour décider de la liste des morceaux ?”… S’en est trop pour Jean-Louis qui décide de ne pas donner suite au projet. A quoi bon, d’autant qu’il n’a pas besoin de Téléphone pour vivre, lui dont la carrière solo est ponctuée de succès. Corine reconnaîtra plus tard avoir été « têtue, vindicative, et chiante » lors de ces retrouvailles.

Vidéo Crache Ton Venin de Téléphone

L’autre événement qui va sceller le point de non retour entre Jean-Louis et Corine va être l’autobiographie* de cette dernière. Sortie en 2006, la bassiste raconte les coulisses des années Téléphone : sexe, drogue, alcool et un Aubert décrit comme un manipulateur mégalo. Des propos jugés diffamatoires par l’ex-chanteur de Téléphone, qui ne lui pardonnera jamais d’avoir révéler l’intimité de la bande, au risque de ternir l’image du groupe.

S’en suivra des échanges par presse interposée et la reformation du groupe sans Corine sous le nom des Insus.

« Cela m’a violemment surprise. J’ai lu deux choses dans les médias que je voudrais rectifier. D’abord les concerts des Insus se font avec trois membres de Téléphone. Mais sans moi, ce n’est pas une reformation de Téléphone. J’y tiens, ce groupe, c’est ma vie » – Propos de Corine Marienneau

Une reformation que Corine préfère qualifier de “déformation” : d’où la question que tous les fans se posent : à quand le retour du groupe Téléphone ?

Clip vidéo Ça c’est Craiment Toi de Téléphone

(*) Le Fil du temps chez Flammarion

Vos commentaires

  1. Stephen

    J’ai super aimé ce triptyque sur l’histoire de Téléphone. J’ai appris plein de choses (en même temps j’étais loin d’être un spécialiste de Téléphone 🙂 )
    J’en retiens qu’il ne faut jamais monter un groupe avec une meuf 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *